Petite histoire de la céramique

Après le cataclysme de la seconde guerre mondiale, l’art de la céramique en France connait une véritable renaissance durant les décennies 1950-1960 qui va profondément marquer les esprits.

Le conformisme qui prévalait jusqu’alors se trouve peu à peu mis de côté par une nouvellevague d’artistes s’affranchissant des règles en vigueur dans ce milieu artistique.

Une abondance de formes, de couleurs et de styles novateurs apparaît alors, largement influencée par la venue de Pablo Picasso dans le sud de le France à la fin des années 40.

Mariage de l’argile et de l’eau, la céramique est un art noble et ancien.

Ce terme générique regroupe plusieurs techniques différentes comme la terre cuite, la faïence ou la porcelaine. Les mains de l’homme façonnent la terre depuis toujours, lui donnant des formes arrondies, allongées, droites, creusées….

A la fois objet du quotidien et œuvre d’art, la céramique a connu de nombreuses évolutions à travers les époques et de part le monde.

L’industrialisation du XIXème siècle a transformé son mode de production. Les ateliers et le modèle de la pièce unique sont abandonnés au profit d’une fabrication de masse. En parallèle de ce déclin de l’artisanat, un nouveau courant artistique se profile, porté par des artistes aux horizons variés.

A la fin de la seconde guerre mondiale, la céramique contemporaine fait très rapidement son apparition pour rompre avec le conformisme et la rigidité de la fabrication industrielle.

Fruits des échanges entre artistes de différentes nationalités et venus d’autres formes d’art, comme la peinture ou la sculpture, cette renaissance cherche à exploiter le potentiel formidable du travail de l’argile.

L’effervescence intellectuelle et créative du monde moderne est alors retranscrite dans le foisonnement des idées, des couleurs et des formes.

Entre minimalisme pur et excentricité décomplexée, les artistes se livrent à une exploration de la céramique débordante de vitalité et d’originalité.